‘Somebody threatened to burn the school down’

2 min read
Lorem ipsum dolor sit amet,sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam erat, At vero eos et accusam et justo duo dolores et ea rebum. Lorem ipsum dolor sit amet, no sea takimata sanctus est Lorem ipsum dolor sit amet. Stet clita kasd gubergren, no sea takimata sanctus est Lorem ipsum dolor sit amet. no sea takimata sanctus est Lorem ipsum dolor sit amet. no sea takimata sanctus est Lorem ipsum dolor sit amet. sed diam voluptua.

Bangladesh. Les autorités doivent faire preuve de retenue dans l’usage de la force lors des manifestations

En réaction à la mort d’un militant et aux blessures subies par des centaines personnes lors d’affrontements au cours des manifestations menées par l’opposition au Bangladesh, Yasasmin Kaviratne, chargée de campagne pour l’Asie du Sud à Amnesty International, a déclaré :

« Il est inquiétant de constater l’escalade des tensions, le recours à la force pour le maintien de l’ordre lors de manifestations de grande ampleur et la répression croissante des voix dissidentes à l’approche des élections au Bangladesh.

« Les autorités ont le devoir de faciliter et de protéger le droit de réunion pacifique et de veiller à ce que la police utilise des moyens non violents avant de recourir à la force. Amnesty International appelle les autorités bangladaises à s’assurer que les forces de l’ordre fassent preuve de retenue. Tout recours à la force doit être strictement nécessaire et proportionné et servir un objectif légitime dans le cadre de l’application des lois. L’enquête sur la mort d’un militant doit être menée dans les meilleurs délais et de manière impartiale afin que les responsables présumés soient amenés à rendre des comptes et traduits en justice sans recours à la peine de mort.

Les gens doivent être libres de manifester et d’afficher leur opposition

Yasasmin Kaviratne, chargée de campagne pour l’Asie du Sud à Amnesty International

« Les droits à la liberté d’expression et à la liberté de réunion pacifique sont inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et protégés par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), auquel le Bangladesh est partie. Les gens doivent être libres de manifester et d’afficher leur opposition. En étouffant leurs voix, les autorités laissent entendre que les opinions politiques divergentes ne sont pas tolérées dans le pays. »

Complément d’information

Au moins un militant de l’opposition est mort et des centaines d’autres personnes ont été blessées lors d’affrontements à travers le pays, après que des manifestant·e·s sont descendus en grand nombre dans la rue pour appeler la Première ministre Sheikh Hasina à se retirer pour garantir des élections nationales libres et équitables.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *